dimanche 8 décembre 2013

Namio Harukawa, FaceSitting et Maxi Cula




Namio Harukawa passe sa carrière à dessiner des femmes imposantes assises sur le visage d'hommes-objets petits, maigres et visiblement fragiles (mais assez résistants pour résister aux assauts, signalons-le). A part quelques variations, je n'ai jamais eu l'occasion de voir s'il avait fait autre chose. L'obsession de la pratique sado-masochiste du Face-Sitting est telle que ça en devient fascinant. Mais sous des allures imposantes c'est doux, diablement sensuel, avec un côté maternel qui peut-être - je suppose - très réconfortant. On pense a une sorte de Botero japonais, de Botero dans l'intimité.

Deux livres en français existent : Callipyge  et Maxi Cula (excellent titre). Si le premier est épuisé depuis longtemps, le second - tout en couleurs - est trouvable aux librairies La Musardine,  Le Regard Moderne (il y était encore il y a deux semaines) ou encore le site de Stéphane Blanquet.

Très récemment, Harukawa a été exposé au Musée de l’Érotisme a Paris. A ma grande amertume d'ailleurs, car j'ai découverte ça en faisant le post...


































7 commentaires:

  1. Tu as oublié de préciser qu'il y a eu à la rentrée une expo au musée de l'Érotisme de Paris. J'aurais bien été jeter un oeil mais son travail est vraiment très très répétitif.

    RépondreSupprimer
  2. Je voyais pas vraiment l’intérêt de parler de cette expo, vu qu'elle était terminée... Mais c'est pas la première fois qu'ils l'a présente, ma copine l'avait déjà vu il y à quelques années.

    RépondreSupprimer
  3. Ben c'est quand même pas mal de dire que ça a été exposé en France :-) Ce n'est quand même pas si courant. Enfin, bon, je dis ça...

    RépondreSupprimer
  4. C'est un expo récurrente non ? Ma copine l'avait déjà vue il y a deux ans.
    Mais je vais le préciser si tu y tiens ;)

    RépondreSupprimer
  5. C'est bizarre ce concept d'"expo récurrente". Mais je ne veux forcer personne, c'était juste histoire de cause.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bizarre en effet, comme le fait que je répète que ma copine l'a vue il y a deux ans...
      Mais cette "conversation" même, est bizarre.

      Supprimer